,

YANN HOURI – La peinture dansée

Saisissant notre regard en une fraction de seconde, les oeuvres de Yann Houri fascinent. Né est basé à Paris, le jeune artiste nous fait découvrir une nouvelle dimension de la peinture et de la nature même du mouvement. En recherche de nouvelles réalités, Yann Houri explore les possibilités insoupçonnées de l’acrylique. Capturer l’instant se retrouve dans chacun de ses projets. Les oeuvres de Yann Houri semblent portées par une énergie brute édulcorée de détails  et couleurs d’une subtile poésie.

Chez Houri, la peinture et la sculpture s’enlace, ne forment plus qu’un. C’est en déshydratant l’acrylique que l’artiste lui crée de nouvelles caractéristiques techniques. Ainsi chacun de ses coups de pinceaux façonnent une expression libre du mouvement dans la matière. Certaines de ses peintures pèsent plus de 160kg.

Depuis 2018 Yann Houri travaille de fines plaques l’aluminium dans différentes séries de sculptures appelées « MO(VE)MENT », explorant des questions de Temps et d’Espace. Ces oeuvres retracent les mouvements exercés par le pinceau dans l’acrylique déshydratée. Ces« coups de pinceaux flottants » sont l’expression revisitée de la gestuelle de l’artiste. Ainsi ses peintures sculptées ont leur homologues en sculptures peintes.

« Je suppose que je ne peins pas, je danse » Yann Houri
 

Multidisciplinaire et attaché aux réalités de son temps, Yann Houri accompagne certaines  peintures de Réalité Augmentée. En ajoutant une dimension nouvelle aux oeuvres, le public découvre ainsi des coups de pinceaux numériques flottant sur leur écran. Les points de vue se multiplient.

Ces différents projets semblent créer des cercles où, dans la nature comme en art ; « Rien ne se perd, rien ne se créer, tout se transforme » (Lavoisier). Ainsi Houri transpose ses visions dans de multiples champs de recherches.

Les oeuvres de Yann Houri questionnent les définitions d’abstraction et figuration. La figuration opère dans le concept même d’utilisation de la matière par l’artiste. La réalité travaillée est celle de la matière. En d’autres mots, le sujet traité est la peinture, son énergie et ses caractéristiques techniques. Le point de vue a changé et s’inscrit dans une évolution constante des pratiques artistiques.

Une question subsiste; quelles réalités les matériaux seront-ils prêts à nous offrir ? Ce trait commun aux artistes présentés dans notre rubrique apparaît alors comme une nouvelle quête picturale.

Yann Houri coopère avec le temps, influant alors sur cette matière fascinante qu’est la peinture. Cette spécificité, commune aux artistes de la Nouvelle Danse, nous renvoie subtilement aux énergies générées par nos pensées et nos actes dans un monde mécanique et virtuel où il est souvent difficile de coopérer avec le temps plutôt que d’agir contre celui-ci. Chez Houri, l’acrylique pourrait être une allégorie de notre existence, de ce qui nous guide à chaque instants; nos émotions. Les émotions étant vecteurs d’énergie, elles sont donc génératrices de mouvements.

En créant sous l’influence de l’instant, sans prédictions, Yann Houri découvre à chaque moment ce que qui lui est offert; la magie et la sincérité de la spontanéité.

L’acrylique aurait-elle aussi des émotions? Ou plutôt des manières de réagir en fonction de son environnement et des modifications que l’on pourrait lui faire subir ? En façonnant encore et toujours ce avec quoi l’homme collabore depuis la nuit des temps, l’Humanité a apprivoisé les Matières offertes par la Nature et avance dans le temps, allant toujours plus loin, dans l’infiniment grand et l’infiniment petit.

Elsa Duault

YANN HOURI (1990)

Dancing painting

 Catching our gaze in a second, Yann Houri’s works fascinate. Born and based in Paris, the young artist makes us discover a new dimension of painting and the inner nature of movement. In search of new realities, Yann Houri explores the unsuspected possibilities of acrylic. Capturing the moment is reflected in each of his projects. Yann Houri’s works seem carried by a raw energy sweetened with details and colors of subtle poetry.

With Houri, painting and sculpture come together, become one. By dehydrating the acrylic the artist creates new technical characteristics for it. Thus each of his brushstrokes shape a free expression of movement in the material. Some of his paintings weigh over 160kg.

Since 2018 Yann Houri has been working with thin aluminum plates in different series of sculptures called “MO (VE) MENT”, exploring questions of Time and Space. These works retrace the movements exerted by the brush in dehydrated acrylic. These “floating brushstrokes” are the revisited expression of the artist’s body language. Thus his sculpted paintings have their counterparts in painted sculptures.

« I guess I don’t paint, I dance » Yann Houri
 

 Multidisciplinary and close to the realities of his time, Yann Houri pairs some paintings with Augmented Reality. By adding a new dimension to the works, the public discovers digital brushstrokes floating on their screen. Points of view are multiplying.

Those different projects seem to create circles where, in nature as in art; “Nothing is lost, nothing is created, everything is transformed” (Lavoisier). Houri thus transposes his visions into multiple fields of research.

Yann Houri’s works question the definitions of abstraction and figuration. Figuration operates in the very concept of the artist’s use of material. The reality is the material’s reality. In other words, the subject is paint, its energy and its technical characteristics. The point of view has changed and is part of a constant evolution of artistic practices.

One question remains; what realities will the materials be ready to offer? This feature common to the artists presented in our section then appears as a new pictorial quest.

Yann Houri cooperates with time, thus influencing this fascinating material that is painting. This specificity, common to New Dance artists, subtly refers us to the energies generated by our thoughts and actions in a mechanical and virtual world where it is often difficult to cooperate with time rather than act against it. For Houri, acrylic could be an allegory of our existence, of what guides us, at every moment; our emotions. Emotions are vectors of energy, they generate movement.

By creating under the influence of the moment, without predictions, Yann Houri constantly discovers what is offered to him; the magic and sincerity of spontaneity.

Does acrylic have emotions too? Or rather ways of reacting according to its environment and the changes that could be made to it? By shaping again and again what humans had collaborated with since the dawn of time, Humanity has tamed the Materials offered by Nature and advances in time, always going further, in the infinitely large and the infinitely small.

Elsa Duault